Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 mars 2021 5 12 /03 /mars /2021 16:05

"Aux masques citoyens, gardez vos postillons, marchons marchons"...

Sinon ce sera "Aux larmes citoyens"....

Partager cet article
Repost0
7 mars 2021 7 07 /03 /mars /2021 19:22

Avec la "Vaporfly" Nike vient de révolutionner la chaussure de course à pied en incluant une plaque de carbone à l'intérieur de la semelle. Les champions et championnes de divers pays qui l'ont utilisée ont pulvérisé leurs records personnels sur route ou piste de stade. Mieux, lors d'une tentative officieuse, un coureur est descendu sous les deux heures au marathon, avec la "Vaporfly". Du coup les critiques n'ont pas manqué de surgir de la part de coureurs et de coureuses de haut niveau qui n'avaient pas eu la possibilité de l'utiliser : ces personnes étaient parfois sous contrat avec d'autres chaussuriers que Nike, lesquels continuent de fabriquer des "pompes" qui n'ont guère varié depuis des années. Certains ont trouvé la parade : ils peignent leurs chaussures Nike en noir afin qu'on ne puisse pas reconnaître qu'il s'agit de la fameuse "chaussure miracle" !

 

Les choses vont vite. Aujourd'hui la fameuse chaussure est diffusée partout pour 300 euros. Le diffuseur français "I Run" me l'a expédiée par colissimo en 48 heures. N'en déduisez pas que j'ai gagné au loto pour balancer pareille somme sur une paire de chaussures. Durant un an, faute de compétitions, j'ai constitué une cagnotte en évitant déplacements et droits d'inscription. Après plusieurs décennies de course à pied, de marche athlétique et de marche nordique en compétition, je découvre la chaussure la plus étonnante de ma carrière. Je vous laisse la découvrir sur le site de la marque, surtout l'avant de la semelle avec deux piliers incluant de l'air. Rappelons que Nike avait déjà innové il y a longtemps avec la semelle incluant des capsules d'air proposant un amorti digne des pneus. Les ingénieurs de Nike ont eu cette fois une idée géniale en associant la rigidité du carbone à la souplesse de l'air, et les sensations éprouvées en courant ou en marchant sont étonnantes. Certains ont parlé de "dopage technologique", mais on ne voit pas au nom de quel principe on pourrait interdire un tel procédé, d'autant que désormais tout le monde peut acheter cette chaussure. A l'intérieur aussi l'innovation est intéressante : on pénètre à l'intérieur d'un chausson, rendant le laçage presque secondaire;  ensuite l'avant du pied se trouve plus bas que la voûte et le talon, l'intérieur de la semelle étant incurvé. De quoi avantager lors de la poussée finale : où est le dopage technologique ? L'ensemble est léger, autour de 240 gr. pour une pointure 42. Le confort est exceptionnel avec un talon souple mais qui propulse vers l'avant, alors que les chaussures haut de gamme pour la course ont habituellement un talon dur ! Tout a été repensé de A à Z.

 

Du coup une autre marque, HOKA, après la "One" vient de sortir la "One One carbone X", incluant aussi une plaque de carbone, un modèle remarquable que je teste en ce moment : il est est plus classique avec une semelle intérieure plate, mais un rendement et un confort de qualité. "I Run" me l'a laissé pour 114 euros, période des soldes oblige. D'autres marques vont forcément réagir : mais le futur a déjà commencé !

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2021 6 30 /01 /janvier /2021 18:22

C'est toujours un plaisir de lire la revue trimestrielle "L'ULTRA MARATHONIEN", le journal de ceux et celles qui courent plus que la distance du marathon. Publiée par "Ultra Marathon France" (*) un club national affilié à la FFA, il tranche sur les autres publications de course à pied par son indépendance et son sens critique chaque fois que nécessaire. On y découvre le calendrier et les résultats des épreuves de 50 et 100 km, voire des 24 heures : pour ces deux dernières distances il existe un championnat de France et un championnat du monde, mais qui le sait ? On y lit des portraits d'ultra fondeurs actuels mais aussi du passé, la course (et la marche) de longue distance remontant au moins au 19ème siècle !

Cette fois la revue s'en prend à la fameuse "chaussure miracle" de Nike, la "Vaporfly" (dont il existe aussi une version à pointes pour l'athlétisme sur piste). Depuis quelques mois on ne compte plus les records sur route battus par des champions et championnes de divers pays. Celle-ci comporte une semelle avec un insert en carbone améliorant la foulée lors de la poussée finale du pied. Et certains de dénoncer alors un "dopage technologique", de réclamer son interdiction en prenant modèle sur la natation où les combinaisons ont été interdites.

En revanche d'autres sports encouragent les améliorations technologiques, le cyclisme notamment avec les cadres en carbone (plus rigides que l'acier notamment lors des sprints), les roues sans rayons, les freins à disque, les commandes des dérailleurs au guidon, etc. L'exemple le plus flagrant est le guidon de triathlon. En 1989 lors de la dernière étape, un contre la montre se terminant sur les Champs Elysée, Laurent Fignon a manqué la victoire finale pour 8 secondes face à l'Américain Greg Lemond qui utilisait un guidon révolutionnaire venu du triathlon. On parla alors de "dopage technologique" voire de "tricherie". Or par la suite les coureurs du monde entier utilisèrent le guidon de tri lors des contre la montre !

En course à pied le problème est que les coureurs de haut niveau qui ne sont pas sous contrat avec Nike doivent chausser des modèles traditionnels de fabricants qui - jusqu'ici - n'ont guère cherché à améliorer  les "pompes". Est-ce une raison pour protester en hurlant au "dopage technologique"? Nike avait déjà innové dans le passé avec la semelle "air", et Asics lui avait répliqué avec un excellent procédé, des capsules de gel. Hoka One propose depuis peu un modèle avec un insert efficace dans l'avant du pied. C'est ce que je porte pour les compétitions de Marche Nordique : 240 grammes seulement en 11 1/2 US (46 1/2) vendu 120 euros (un cadeau pour une chaussure aussi performante).

Si on veut éliminer une bonne fois pour toutes le dopage technologique, alors il faut revenir aux pompes de Jules Ladoumègue et au vélo de 30 kilos du premier vainqueur du Tour de France....

(*) UMF, 909 rue de Paris, 01170 Gex, umaf@aol.com

Michel Delore

Partager cet article
Repost0
5 mai 2020 2 05 /05 /mai /2020 15:11

On vous propose souvent d'obtenir votre VMA (Vitesse Maximale Aérobie) en courant seul sur deux ou trois distances répétées avec de courts intervalles. Vous devez courir à fond. Au début j'y ai cru, comme tout le monde. Mais il y a plus de 15 ans un article d'un médecin du sport de Dijon paru dans la revue "Sport et vie" avait ébranlé ma conviction. J'en avais immédiatement parlé aux médecins et physiologistes du Centre de Médecine du Sport (CMS) de Lyon-Gerland, qui me conseillent, me suivent (et me soignent en cas de blessures) depuis 1996. "Bien sûr qu'un test de ce genre réalisé seul donne des résultats aléatoires voire faux, d'autant qu'on demande de courir à fond, ce qui pour beaucoup (surtout les débutants) ne veut pas dire grand chose et n'est pas toujours possible". Et dès 1996 j'ai été invité par le CMS à me soumettre au test du tapis roulant dont j'ai largement fait état dans mon livre "Running du jogging au marathon" (Editions Amphora). Après un échauffement de plusieurs minutes passées à courir sur le tapis (et qui sert en même temps d'ECG, Electro-Cardiogramme d'Effort), la vitesse du tapis s'est progressivement accélérée. Avant de commencer le médecin et le physiologiste m'avait branché des électrodes sur la poitrine et sur le dos afin de mesurer ma fréquence cardiaque. Sur le bras droit j'avais en permanence un tensiomètre afin de voir l'évolution de ma tension artérielle. Et surtout en cours d'effort je portais un masque mesurant l'oxygène respiré et le gaz carbonique rejeté. C'est capital, car l'ordinateur, par le croisement des deux courbes obtient le seuil aérobique. En accélérant la vitesse du tapis par paliers d'une minute, voire moins, on peut faire courir le patient à une vitesse qu'il atteindrait difficilement seul sur le sol. On m'avait fait grimper jusqu'au moment où je me suis retrouvé asphyxié, à quelques secondes du malaise vagal, le tapis ayant été immédiatement arrêté. Mais j'étais arrivé à un niveau de VMA difficile à atteindre en courant. En fait j'étais même arrivé à la FCMax, la fréquence cardiaque maximale, la VMA étant considérée comme se situant à 95 % de la FCMax. Aussi, pour être plus précis dans les programmes d'entraînement, il est préférable de proposer des distances (en fractionné notamment) en pourcentage de la FCMax et non de la VMA. J'écris cet article, car on lit des livres, des articles de revue, des programmes d'entraînement qui, faute d'un test médical méticuleux, vous induisent en erreur.

Partager cet article
Repost0
11 février 2020 2 11 /02 /février /2020 18:57

L'Ultra Marathonien est la revue de l'UMF (Ultra Marathon France), "le journal de ceux et celles qui courent plus que la distance du marathon" ! 4 fois par an elle publie des infos, des reportages, des prises de position et même des révélations sur l'ultra fond et le reste de l'athlétisme.

Car il y a beaucoup à dire. Présidée par Roland Vuillemenot, champion du monde des 100 km route en 1990 et vainqueur du Spartathlon (246 km en Grèce), l'impertinence est la règle dans la revue de l'UMF. On y apprend ce que d'autres ne vous disent point !

La nouvelle formule des catégories d'âge en compétition hors stade, de 5 en 5 ans et non plus de 10 en 10, va rendre interminable les remises des prix...Le trail se complique avec 7 catégories de courses selon la distance. L'Ultra intéresse la "Défense nationale" : le service de santé des armées est venu aux 24 heures d'Albi se rendre compte de ce que représente ce type d'effort sur l'organisme. "Dopage et rififi font trembler la FFA !" Car les affaires de dopage dans le demi-fond français se multiplient, au point que, manque de confiance oblige

 

 

 

 

 

 

on doit faire appel à des techniciens d'autres sports pour diriger l'athlétisme : en 2009 le directeur technique national venait de la...lutte. Cette fois on désigne Florian Rousseau (triple champion olympique de cyclisme sur piste) comme "directeur de la haute performance". Si vous voulez gagner la "Diagonale des fous" à La Réunion, rien de plus facile : apprenez par coeur l'article en 5 points sur les tricheries possibles. Cela me fait penser à ce que m'a raconté la traileuse lyonnaise Catherine Dubois : arrivée 3ème elle avait dû se soumettre au contrôle antidopage (résultat négatif), mais les deux premières (des réunionnaises) n'avaient pas été contrôlées...

La revue vous relate enfin les péripéties de plusieurs épreuves de 100 km et de 24 h, avec un calendrier de celles à venir. Tant que vous n'avez pas lu "L'ultra marathonien", vous ne savez rien !

 

UMF, 909 rue de Paris, 01170 Gex, umaf@aol.com, abonnement 32 euros (4 numéros par an).

Partager cet article
Repost0
1 février 2020 6 01 /02 /février /2020 18:14

Au printemps dernier le verdict de l'urologue est tombé après une IRM et une biopsie : "cancer de la prostate avec deux petites tumeurs". Après un "rabotage" de la prostate (25 grammes de "copeaux" enlevés) et 20 séances de radiothérapie à l'hôpital Lyon-sud, au bout de trois mois mon PSA par prélèvement sanguin (le taux indiquant s'il y a cancer et à quel niveau il se situe), ce PSA a baissé de deux points, revenant à un niveau acceptable. Aujourd'hui je suis revenu à un niveau de condition physique qui me surprend : j'ai repris l'entraînement, sans forcer pour l'instant, sans compétition avant avril. Merci aux quelques 150 ami-e-s qui m'ont adressé des messages de soutien. Et tant pis pour ceux qui s'inquiétaient déjà du prix des chrysantèmes !

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2019 1 09 /12 /décembre /2019 11:14

Pierre et Alexandre Delore ont bien terminé leurs périples sur la Saintélyon. Pierre a terminé le raid Lyon-St Etienne-Lyon 160 km largement dans les délais, et le lundi matin il était à nouveau près de Lyon à son bureau de chef de projet, avant de repartir le mardi pour Paris puis en fin de semaine comme conseiller technique à New-York auprès du centre de recherche d'une grande firme française. Alexandre a parfaitement réussi son objectif sur la Saintexpress, 45 km, en se classant 56ème sur 3500 en 4 h 9'. Il est vrai qu'il habite désormais sur le parcours de cette course : il n'aurait pas eu d'excuses en cas d'échec ! Sa préparation avait été axée essentiellement sur la vitesse, compte tenu du caractère très roulant de la Saintexpress : 38' sur 10 km route à Vénissieux deux semaines plus tôt...

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2019 4 28 /11 /novembre /2019 18:42

On ne pouvait pas imaginer mes deux fils s'adonner au badminton ou au tir à l'arc ! Ils ont choisi la course, sans que j'intervienne. Samedi matin Pierre sera au départ du raid Lyon-St Etienne-Lyon, 150 km. Le soir Alexandre prendra le départ de la Saintexpress, 44 km.

Pierre, c'est l'inusable : finisseur des 170 km de l'Utmb (627ème sur 2300 en 42 h 03') en tenant compte des raids de qualification (plus de 100 km), en 2010 dans la neige les 140 km de Lyon-St Etienne-Lyon, 4 fois finisseur de la Saintélyon en solo, 2 fois en relais, plusieurs participation à des marathons. Alexandre c'est l'homme-chrono : il vous dit "je vais courir chaque kilomètre n 4'10" ", et il achève son marathon en ayant couru chaque kilomètre en 4'10" ! Son record personnel est de 2 h 55' à Annecy et il a bouclé trois fois le marathon sous les 3 h, dont une fois à Paris. Il est finisseur des 100 km de Millau et des Templiers. En 2010, malgré 50 cm de neige, il se classe 5ème de la première édition de la Saintépress. Cette année là il avait couru les 10 km route en 36'. En 2019 il a couru en 38'. Tous les deux se sont soigneusement préparés depuis des mois.  Alexandre ne décevra pas, son frère Pierre non plus...

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2019 4 21 /11 /novembre /2019 20:03

La revue de "ULTRA MARATHON FRANCE (UMF)", le journal de ceux et celles qui courent plus que la distance du marathon, vient de paraître avec de nombreuses infos inédites sur les épreuves de grand fond (100 km, 24 h, 48 h, 6 jours, ultra-trail...). L'UMF, dont je suis un fidèle adhérent, se veux impertinente, avec notamment des critiques sur le mercantilisme croissant qui s'abat sur le running. On découvre le calendrier et les comptes rendus des principales courses d'ultra, des portraits de coureurs et de coureuses d'ultra, et pas uniquement de champions et de championnes : du vécu passionnant à chaque fois. Le reportage sur le 100 km "Il passatore" avec départ de Florence puis de merveilleux paysages en Toscane (avec plusieurs cols !) vous fait rêver : c'est l'épreuve qui manque à votre palmarès...

On découvre les conseils d'entraînement pour la course à pied que donnait l'armée française à ses soldats en 1917 : pittoresque...Enfin le portrait d'Henri Desgranges, le créateur du Tour de France, nous rappelle qu'il fut aussi le pionner du cyclisme de loisir. Pour lui le sport cycliste ne devait pas se limiter aux pros. ll fonda l'Union des Audax Français, l'Audax consistant à passer des brevets de 50 à 1000 km en roulant toujours en peloton à une vitesse moyenne entre 20 et 25 km/h. Cette formule lui a survécu, en vélo mais aussi à la marche. Son quotidien "L'Auto" accepta de paraître sous l'Occupation allemande durant laquelle la presse ne paraissait qu'après passage devant la censure de l'occupant. ce qui valut à L'Auto de se voir interdit de parution après la Libération. Jacques Goddet prit alors le relais et fonda un nouveau quotidien sportif : "L'Equipe". Passionnant ce dernier numéro de "L'ultra marathonien" (1).

 

(1) 909 rue de Paris 01170 Gex, umaf@aol.com

 

Partager cet article
Repost0
5 janvier 2019 6 05 /01 /janvier /2019 22:12

Ma saison 2018 de running et de marche nordique chrono aura été une vraie galère. D'abord, durant 5 mois j'ai eu une douleur persistante sur le DESSUS du pied gauche au niveau du gros orteil et tout autour. La mésothérapie, les massages, l'électro-stimulation n'ont rien donné. Je m'étais fait mal avec une chaussure un peu ancienne dont la couture interne transversale était épaisse. Mais un beau jour on s'est aperçu (enfin !) que j'avais une inflammation de l'articulation des orteils sur la voûte plantaire, donc DESSOUS. En trois séances de 5' d'ultra-sons la voûte est revenu à son état normal. J'ai parachevé la guérison en achetant une Asics kayano, sans couture interne, en plaçant durant quelques semaines un morceau de mousse plastique sous les lacets et en sautant au laçage les 2ème et 3ème oeillets.

Par ailleurs je souffrais depuis l'été 2017 d'un point douloureux à l'arrière du talon droit. Un changement de semelles correctrices n'avait pas amélioré la situation. Et c'est au cours de l'été 2018 qu'on a découvert une contracture sur un tout petit tendon. D'énergiques massages de ce point douloureux avec la paume de la main, puis des massages de toute la cheville et enfin de la voûte plantaire juste avant le début du talon, accompagnés de plusieurs séances de 10' d'ultra-sons ont supprimé la douleur.

Moralité : quand vous éprouvez une douleur au pied, l'origine du mal n'est pas forcément le point précis où vous avez mal, car en courant et en marchant tout le pied travaille....

 

 

 

Partager cet article
Repost0