Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 juillet 2017 7 30 /07 /juillet /2017 11:17

Diffusé à plus de 25 000 exemplaires mon livre "Cyclosportif" (Editions Amphora) n'avait pas été reédité face à la vague déferlante du running sur le cyclosport. Mais à grâce à un nouveau procédé baptisé "POD" vous pouvez désormais obtenir l'impression pour vous seul-e d'un exemplaire ! Reportez-vous sur Amazon à la rubrique "cyclisme" et en haut tapez "cyclosportif". Comme quoi le vélo peut être un excellent complément à votre entraînement jogging ou running.

Repost 0
3 juillet 2017 1 03 /07 /juillet /2017 11:45

Campagne, un petit village au coeur des vignobles de l'Hérault organisait une journée de running : trail et marche nordique. Surprise : sur la MN (la nouvelle spécialité de votre serviteur) presque uniquement des femmes ! Malgré la canicule, votre serviteur finit en 3 ème position après 10 km aux deux-tiers trail sur les chemins caillouteux des vignobles ! A souligner la parfaite sportivité des féminines qui, elles, respectent à la lettre le règlement qui interdit de courir : il faut donc maintenir en permanence un pied au sol, tout en prenant appui avec les bâtons en carbone. Dans les épreuves avec une majorité de messieurs ce n'est pas toujours le cas...Après une 5 ème place dans l'Aude la semaine précédente, mes entraînements de MN commencent à payer, en alternance avec ceux de course. Ma saison est donc bien lancée....En route (ou en chemins et sentiers) vers de nouvelles aventures pédestres dans le sud, mon lieu privilégié de vacances.

Repost 0
19 juin 2017 1 19 /06 /juin /2017 11:41

Malgré une température record de 40 degrés à l'ombre (quand ombre il y avait !), sur le coup de 18 h bonne reprise samedi dernier pour la première épreuve de marche nordique (MN) de la saison avec la 5ème place à Armissan dans le massif des Corbières. Sans un énorme coup de chaleur sous le cagnard lors d'une forte montée au bout de 35 minutes, la performance aurait pu être meilleure. Les 7 km du parcours étaient de type trail, puisqu'on s'élançait juste 5 minutes après les traileurs des 10et 19 km. L'essentiel était de se sortir vivant de ce piège, et ce fut plutôt héroïque à certains moments...Tous n'auront pas eu cette chance, rien qu'à voir l'arrivée en trombe de l'ambulance du Samu après mon arrivée. Prochaine épreuve de MN chrono samedi prochain avec un 10 km plus roulant à Campagne, près de Monpellier.

Repost 0
10 février 2017 5 10 /02 /février /2017 18:06

   On ne compte plus les villes qui organisent un trail urbain. La formule a gagné tout l'Hexagone. Né à Lyon, où le site prédispose à ce type de course pédestre (3 collines, 2 fleuves, plusieurs tunnels dont deux accessibles aux modes doux, 40 ponts, de nombreux parcs publics, des parkings souterrains où on peut faire descendre les coureurs...), le trail urbain a vite balayé les réticences de ceux et celles pour qui en dehors de la nature le trail ne peut exister ! A Lyon, l'ensemble des épreuves (plusieurs distances et une rando) réunit près de 10 000 participant-e-s. Le succès est tel que la société Extra (par ailleurs organisatrice de la Saintélyon) propose maintenant en novembre un trail urbain nocturne (déjà 5000 coureurs et coureuses).

   Sauf que ce type d'aventure pédestre nécessite une certaine préparation. Les néophytes ont tout intérêt à se contenter de la distance la plus courte (une douzaine de kilomètres), accessible aussi en randonnée-découverte. Pour toutes et tous voici ce que l'on peut conseiller pour affronter les centaines de marches d'escalier, la traversée des théâtres romains, la descente aux enfers d'un parking souterrain, et dans d'autres villes des souterrains ou...le premier étage de la tour Eiffel.

   - Pouvoir courir sans souffrir mille morts un 10km route ou nature et un semi-marathon.

   - Avoir pris part à des courses nature de faible distance afin d'être habitué aux obstacles et reliefs les plus divers.

   - Reconnaître le parcours si on habite dans la région, à moins de préférer la surprise (bonne ou mauvaise) du jour "J".

   - S'adonner au gainage, surtout des abdos, aux séries de flexions de jambes de plus en plus rapides (jusqu'à 15 ou 20 flexions).

   - Grimper et descendre lors de chaque entraînement des dizaines de marches d'escaliers : sur une colline urbaine sinon à l'intérieur d'un immeuble (prévenir à l'avance les voisins sinon ils vont vous prendre pour un(e) dingue et appeler l'asile psychiatrique le plus proche...Le plus difficile sera la descente : les quadris vont en prendre un sacré coup !

   - Courir (ou marcher vite) en côte avec du fractionné court (200 mètres par exemple) : des séries de 5 à 15 fois lors de chaque entraînement.

    Et n'oubliez pas de porter votre cardio-fréquencemètre, les BPM vont grimper très haut !

 

Michel Delore

Repost 0
12 janvier 2017 4 12 /01 /janvier /2017 17:40

OISEAU VOLE...

POISSON NAGE...

HOMME COURT

 

           Emil ZATOPEK

Repost 0
4 novembre 2016 5 04 /11 /novembre /2016 18:00

   Il n'y a pas que des sportifs de haut niveau qui trichent. Le numéro d'automne de la revue "Ultra marathon France" (*) nous révèle quelques perles concernant des coureurs du peloton, en se référant au quotidien "Ouest France".

   L'une des principales tricheries concerne l'admission au marathon de Boston. Y accéder n'est pas facile : il faut justifier de performances assez élevées en rapport avec la catégorie d'âge. En comparant les temps annoncés pour disputer Boston par 7 Français avec leurs résultats annoncés au marathon du Mont-Saint-Michel, les vidéos d'arrivée ont permis de constater que 6 d'entre eux n'avaient pas disputé cette épreuve française et que le septième était arrivé bien après le temps officiel annoncé !

   Mieux (ou pire) un organisateur français de voyages vers des marathons étrangers aurait obtenu des organisateurs d'un grand marathon également français d'enregistrer des temps fictifs pour certains coureurs, ce qui lui aurait permis de se vanter d'avoir de très bons coureurs parmi sa clientèle, et ainsi de mieux vendre des voyages avec dossards !

    Le pompon est attribué à un certain Xavier D. (seulement 13 h 07' à la Saintélyon, pas l'exploit de l'année) qui a réussi à se faire engager à Boston avec une performance bidon de 3 h 05', alors qu'il avait réalisé 4 h 56' au marathon de Marseille.

    Courir Boston, rien de plus facile...

 

(*) Ultra Marathon France, 909 rue de Paris, 01170 Gex, umaf@aol.com, facebook "Ultra Marathon France".

 

Repost 0
15 octobre 2016 6 15 /10 /octobre /2016 18:10

Le légendaire Emile Zatopek disait : "si tu veux changer ta vie, cours un marathon".

Aujourd'hui il dirait : "Si tu veux changer ta vie, cours la Saintélyon !"

Repost 0
21 juillet 2016 4 21 /07 /juillet /2016 13:05

Chaque année, dès qu'arrive l'été ou l'hiver on lit : "faites une coupure annuelle" ! ,

Tout arrêter, en athlétisme je n'en ai jamais entendu parler. Après la saison d'été sur piste, le calendrier des cross propose les premières épreuves début novembre : les athlètes ont deux à trois semaines sans compétition MAIS PAS SANS ENTRAINEMENTS. A la fin de la saison de cross, les compétitions reprennent début mars, sans forcer, l'objectif étant d'être en grande condition physique seulement à partir de mai. Dans le haut niveau international des compétitions ont lieu en juillet-août (JO, championnats d'Europe ou du monde, meetings). Pour les autres le calendrier des compétitions tient compte à la fois des congés (qui éloignent les athlètes des villes) et de la chaleur (qui rend pénibles les efforts intenses). N'oublions pas les athlètes qui effectuent l'hiver des compétitions en salle : eux aussi ne coupent pas, ILS RALENTISSENT, si nécessaire, le rythme et l'intensité des entraînements.

En compétition sur route et en trail, le calendrier ne connait pas de pauses, ni en été ni en hiver : les coureurs et les coureuses avisé-e-s se contentent de choisir intelligemment leurs épreuves en se ménageant des phases uniquement consacrées à l'entraînement qui n'a pas besoin d'être toujours intense. En ce moment d'ailleurs (juillet-août), pour beaucoup qui prennent des vacances en famille, le nombre des entraînements et des compétitions baisse par la force des choses, même si dans les stations de bord de mer et de montagne on peut s'aligner au départ de courses de plage et de mini-trails.

Je garde un mauvais souvenir de ce qui se passait il y a encore une vingtaine d'années dans le cyclisme. Entre la mi-octobre et le début janvier on arrêtait complètement les entraînement pour le cyclosport, en imitant les pros. Je continuais la course à pied, avec par exemple la Saintélyon. Mais quand je redémarrai le vélo dès le 2 janvier, il me fallait deux mois avant de grimper à nouveau à l'aise les (petits) cols de ma région, mes quadris ne répondaient plus : que de temps perdu, alors qu'aujourd'hui on se contente de RALENTIR mais pas de couper ! Les cyclistes professionnels font la même chose, avec des compétitions (seulement) de préparation au Proche-Orient ou en Australie.

Moralité : ralentir le nombre et l'intensité des entraînements, limiter le nombre des compétitions, oui, tout arrêter non !

Repost 0
19 juin 2016 7 19 /06 /juin /2016 17:01

Sauf surentraînement les compétitions sportives ne perturbent pas forcément le cycle hormonal. Mais la coureuse, avec le sang, perd beaucoup de fer. D'où la nécessité d'effectuer au moins deux dosages de ferritine par an. Mais dans le haut niveau il faut en faire plus souvent. Le docteur Catherine Guyot (1), plusieurs années médecin de l'équipe de France féminine de cyclisme (elle a eu tour à tour deux championnes du monde sur route sous sa responsabilité) m'expliquait : "les filles sont tout le temps en train d'aller effectuer des prises de sang afin de voir si elles ont suffisamment de fer". (2)

La plupart des sportives finissent par supporter les douleurs et la fatigue et à maintenir un entraînement à peu près normal, voire de prendre part à des épreuves. Mais en vue d'une compétition très importante pour laquelle elles se préparent depuis des semaines, le risque de contre-performance est réel si elles se trouvent très incommodées le jour "J".

La possibilité de décaler existe, mais il ne faut la faire que sous la surveillance d'un médecin compétent en ce domaine et pas plus de 3 ou 4 fois par an. Le médecin peut conseiller soit la prise de la pilule durant une longue période, soit un traitement hormonal à base de progestérone, soit de faire absorber 4 jours avant la grande compétition des hormones qui décaleront les règles d'une semaine.

(1) Catherine Guyot m'a beaucoup aidé pour la rédaction du chapitre "le coin des coureuses" pour mon livre "Running du jogging au marathon, course sur route-course nature" (Ed.Amphora).

(2) Pour les risques de carence en fer (chez les hommes également) reportez-vous à mon article sur la nécessité d'effectuer des bilans sanguins.

Repost 0
14 juin 2016 2 14 /06 /juin /2016 13:21

Pour la rédaction de mon livre "RUNNING du jogging au marathon, course sur route-course nature" (Ed.Amphora), j'ai eu la chance de pouvoir collaborer avec des conseillers exceptionnels : par exemple le docteur Catherine Guyot (médecin du Tour de France après avoir été celle de l'équipe de France féminine de cyclisme), le docteur Mathieu puis Mickael Reynaud (préparateur physique) au Centre de médecine du sport de Lyon-Gerland où sont suivis des sportifs de tous niveaux, y compris professionnels.

Avec eux j'ai pu constater que le bilan sanguin n'est plus un luxe de pro. En cas de fatigue persistante ou 4 semaines avant une épreuve importante ( surtout le marathon et un ultra route ou nature), il est utile, par sécurité, de demander une ordonnance à son médecin généraliste ou à un médecin du sport. On remédiera peut-être à une carence, surtout en fer : ce délai de 4 semaines est indispensable afin de recharger l'organisme en cas de carence, sous peine d'anémie et de contre-performance le jour "J". C'est encore plus important pour les femmes, puisqu'elles perdent du sang tous les mois.

La prise de sang dans un laboratoire ouvert au public s'effectue le matin à jeun. Outre le bilan du fer, on effectue le bilan du magnésium, du potassium, du calcium, des phosphores sériques, on recherche la formule sanguin et l'évolution de la vitesse de sédimentation, entre autres.

Le fer est capital : il permet l'oxygénation des cellules, notamment des fibres musculaires. En cas de forte anémie la recharge s'effectue à l'hôpital par perfusion. Dans les autres cas (outre une alimentation mieux équilibrée en viande rouge et en poisson associée immédiatement à un comprimé de vitamine C), la recharge s'effectue SUR PRESCRIPTION MEDICALE après achat en pharmacie de comprimés associant de la vitamine C qui en assurera la fixation dans l'organisme.

Attention ! Les comprimés de fer ne sont pas des stimulants améliorant les performances et leur abus peut être dangereux pour le foie. Le docteur Mathieu explique : "En course à pied on a de petites hémorragies, on casse des globules rouges, des fibres musculaires (comme des grains de groseille dans un bocal), moins sur une courte distance que sur un marathon. En course à pied, on perd plus de fer qu'en cyclisme. Si on fait 2 ou 3 compétitions par an, on s'en tire avec le repos. Si on court plus souvent , c'est tout autre chose."

Le bilan sanguin est donc capital dans le cadre d'une préparation sérieuse.

Michel Delore

Repost 0

Présentation

  • : La Passion de la course ! Le blog de Michel Delore
  • : Pour tous les passionné(e)s de course à pied, marche, jogging, marathon et cyclosportif. Michel Delore - aux Editions Amphora
  • Contact

Texte Libre

Le Blog de Michel Delore

Recherche

Catégories