Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 15:42

   De St Cyprien, le Barcarès et Céret (Pyrénées Orientales) au Marathon du Médoc en passant par St Jean de Reyssouze,  Etrez et Treffort (Ain), Tournus (Saône et Loire), Dole (Jura),  Gruissan (Aude), le lac du Salagou et Mèze (Hérault), Andrézieux et Feurs (Loire), Marvejols-Mende (Lozère), Martigues-Carro (Bouches du Rhône), Vauvert et Beaucaire (Gard), Courmayeur (Italie) pour une assistance technique de la grande traileuse française Catherine Dubois et de mon fils Pierre (finaliste lui aussi sur les 89 km de l'UTMB), sans oublier hier le coaching de mon fils Alexandre lors du marathon de Lyon où il finit 13° (11 000 participants sur les trois courses de 10-21 et 42 km), mes entraînements de VTT de 4 à 5 h à fond la caisse le long du canal du Midi,mes retours périodiques sur ces merveilleux sites d'entraînements lyonnais que sont le parc de Parilly (j'y ai cotoyé Bob Tahri de retour des championnats d'Europe) et le Grand Parc de Miribel-Jonage (Christelle Daunay est venue y faire des sorties longues en 2009), mon été 2010 aura été haut en couleurs et riche d'enseignements pratiques.

   Tantôt pratiquant (plusieurs fois cette saison sur le podium de ma catégorie d'âge), tantôt assistant, je continue à mouiller le maillot, et il le faut bien pour être toujours dans le coup, à l'inverse de quelques uns qui écrivent beaucoup mais n'ont plus épinglé un dossard depuis 20 ans !

   Et on apprend beaucoup en allant à l'écoute des professionnels de la santé, comme avant-hier au "village" du marathon de Lyon où j'ai longuement dialogué avec le président de la section régionale de la Fédération de Cardiologie (le Dr Boutarin), des kinés du sport et surtout le Dr Jean-Marcel Ferret , l'ancien médécin des Bleus champions du monde de foot en 98 et de l'O.L., aujourd'hui animateur du Centre de Médecine du Sport de Lyon-Gerland où se cotoient sportifs de haut niveau international et sportifs du dimanche.

 

   DE  CET  ETE  TRES  ENSOLEILLE  VOICI QUELQUES  OBSERVATIONS :

 

*  NON AU DEFAITISME !

         Les athlètes français ont brillé aux championnats d'Europe d'athlétisme. Or, les lampions de la fête à peine éteints, nombre de journalistes et autres commentateurs se sont déchainés : nos athlètes n'avaient rien prouvé puisqu'il manquait  Américains, Jamaïquains, Kenyans, etc. C'était seulement l'Europe, donc pas grand chose. Gonflés les détracteurs  !  Car enfin, depuis la fin de la 2ème guerre mondiale vous souvenez vous de championnats d'Europe d'athlé où la France devance au nombre de médailles et de finalistes tous les autres pays hormis la Russie ? L'image de l'Allemagne et de la Gde Bretagne nations plus sportives a volé en éclat, les pays scandinaves ont disparu de la scène (hormis dans certains concours où la France reste absente à cause du rugby qui attire les gros gabarits), Italiens et Espagnols ont disparu de leurs disciplines habituelles.

     Oui la France est  aujourd'hui une nation infiniment plus sportive qu'il y a 50 ans !  N'est-elle pas en tête au niveau européen pour le nombre et la qualité des manifestations dans le hors stade, le trail,  le cyclisme, le cyclosport, et bien d'autres disciplines ? Et , grande nouvelle, nos techniciens savent maintenant entraîner et préparer nos athlètes pour les amener au plus haut niveau.

     Barcelone ce n'était que l'Europe mais c'était déjà l'Europe, continent de 500 millions d'habitants. Et on ne se traîne plus aux dernières places.

 

* COURSES A BUT CARITATIF

      Il n'est plus guère de courses à pied hors stade où les organisateurs n'annoncent qu'une partie des "bénéfices" ira à une association caritarive : noble attittude ! Ce qui m'ennuie ce sont parfois les destinataires. Soit il s'agit de grosses associations qui ont toujours besoin d'argent,  mais qui ne sont pas à la rue (alors que d'autres moins célèbres sont ignorées), soit on lit dans la presse locale que le club organisateur versera à telle association   X milliers d'euros, ce qui (dans le même article) correspond exactement à la subvention versée par la municipalité pour l'organisation de la course !  Dans ce cas là je me demande où est l'effort demandé aux coureurs.

     Le pire je l'ai vu dans l'Aude il y a quelques années. Après une magnifique course mi route-mi chemins, les organisateurs nous avaient conviés à un repas "offert", alors que la course était censée être au bénéfice d'un jeune homme paralysé dans un fauteuil roulant, les yeux hagards, entouré de sa mère. Au menu saucisse de Toulouse grillée (au kilomètre !), delicious, outre des assiettes de frites, des glaces, le tout arrosé d'une demi douzaine d'apéritifs et vins de toutes les couleurs. Au début s'installèrent les coureurs, logique. Et peu à peu sur les bancs on vit arriver une bonne quarantaine de types aux ventres bien arrondis, lesquels ressemblaient à des coureurs autant que moi à un boxeur poids lourd. A croire qu'entre les chasseurs et les anciens combattants la rumeur avait dû courir que "le maire offre un gueuleton gratuit"....

     Tout en me goiffrant comme les autres (si on m'avait demandé 10 ou 15 francs je les aurais volontiers donnés), j'éprouvais un malaise à la vue de la mère qui nous regardait d'un oeuil inquiet. Car le prix que nous aurions pu et dû payer aurait été autant de plus pour secourir son fils. Et bien sûr, l'année suivante la course ne fut pas reconduite....

   Ma suggestion, si on veut que les coureurs aient l'impression de faire un (petit) sacrifice est d'écrire sur le bulletin d'engagement "coût 8 euros + 1 ou 2 euros pour telle oeuvre charitable". Et autre suggestion, au lieu de donner à des associations déjà subventionnées (y compris par l'Etat, la Région, le Département ou la Commune) pourquoi ne pas faire acte de solidarité avec les jeunes des banlieues dont les parents n'ont pas les moyens de leur offrir des équipements de sport ? Cela pourrait se faire sous forme de bons d'achat auprès de magasins spécialisés. Ici je pense aux milliers d'enfants qui n'ont pas les moyens de s'offrir une seule paire de "running", un short et un débardeur.

 

* JOGGEUSE ISOLEE = DANGER

    En cette année 2010 deux drâmes effroyables ont ému à la fois la communauté des passionné(e)s de la course comme l'ensemble de l'opinion publique : deux joggeuses ont été aggressées, violées et laissées pour mortes par un déséquilibré. A chaque fois le crime a été commis en forêt.

    On comprend le souci de nos compagnes de vouloir de temps en temps s'extirper de leurs soucis, d'aller respirer l'air pur en pleine nature. Hélas il faut se rendre à l'évidence que les femmes isolées sont en danger. J'ai évoqué ce problème dans mes deux livres "Courir, du jogging au marathon"  et "Le jogging pour mon bien^-être". Leur problème est aussi d'être en sécurité le soir sur les avenues, quais et dans les parcs publics, comme je l'ai exposé dans mes livres. Il existe des solutions.

 

* VOUS AVEZ DIT  "VETERANTE" ?

    Le journaliste de France Info de service pour couvrir les championnats d'Europe de Barcelone a un souci avec les femmes. Parlant de Christine Arron (36 ans) il l'a qualifiée de "vétérante" !  Désolé, confrère journaliste, le mot "vétéran" se terminant par un "n" , au féminin on doit dire "vétérane". Ce n'est pas plus difficile que cela, alors que sur les terrains de sport le type au micro ne sait jamais comment parler des femmes. On entend "vétéran femme", "vétérante", "femmes vétérans". Et au fait pourquoi ce mot de "les féminines", alors qu'on ne dit jamais "les masculins" mais "les hommes" ?

 

* LA BLAGUE DE L'ETE

   Lors d'une course dans le Midi, redescendant du podium où je venais de recevoir une coupe, je vois arriver un gamin en sanglot. S'adressant à l'animateur au micro il explique "monsieur il y a une erreur dans le classement de ma course". L'animateur (qui a envie de plaisanter) le prend de haut : "comment, monsieur n'est pas content, monsieur veut faire grève, monsieur ne veut pas descendre du bus" (!!!).

   Le gosse avait raison et sa réclamation fut acceptée. Mais le coup des types (en Afrique du sud) qui ne veulent pas descendre du bus, on n'a pas fini de nous la rappeler....

 

 

* DOPAGE : N'EN  RAJOUTEZ PAS !

     Un lecteur de mon livre "Le cyclosportif",  m'écrit : Après une compétition vous recommandez d'absorber une cuillerée à soupe de sirop de gluconate de potassium, mais ma femme me dit que c'est sûrement un produit dopant".

     J'ai pris le téléphone : "Cher ami, un produit dopant çà se prend avant la course,  pas après" (ah !) . Ensuite j'ai fait remarquer à ce passionné de vélo que ni moi ni mon éditeur ne prendraient le risque d'enfreindre la loi en recommandant dans un livre des produits figurant sur la liste de ceux interdits par l'Agence Mondiale Antidopage. D'autant que ce sirop vendu en pharmacie contient la même substance (le potassium) que dans la banane, les abricots ou les pruneaux, sauf que sous forme liquide prise dans les 15' qui suivent l'arrivée le potassium est absorbé plus rapidement. Je conseille, suivant en cela les idées du docteur Crefff, le pionnier de la diététique sportive,  la prise au même moment d'un quart de litre (au moins) d'eau minérale bicarbonatée sodique (Vichy St Yorre). Mais comme les fabricants de ces deux produits ne passent pas de publicité dans les magazines sportifs, on ne vous en parle jamais, hélas, or ce sont les produits les  plus efficaces pour une récupération ultra rapide.

 

 

 

* FUMEURS  S'ABSTENIR  !

     Le marathon du Médoc est le plus étonnant : 8500 engagés, 26 nations (près de 400 Japonais), des inscriptions souscrites sur internet en moins de 48 h, une ambiance de feu car tout le monde arrive déguisé, et malgré cela d'excellent chronos. Bon, sauf qu'il faut aller là bas pour voir des types retirer leur dossard tout en fumant . Encore un record pour le Médoc.

 

* ECO-(IR)RESPONSABLES

     Dans le quotidien "Sud-Ouest", la veille du marathon du Médoc, ses organisateurs ont faire preuve de belles intentions. Avec des accents dignes d'un écolo en campagne électorale  ils ont annoncé que leur course était "éco-responsable" (tri des déchets, précautions en tous genres, etc.).Idem près du bâtiment où se prenaient les dossards avec un magnifique panneau d'avertissement.  Ils n'ont pas eu de chance : à Pauillac, après le passage des coureurs, sur la petite route remontant en direction de Hourtin, vers 11 h du matin, on ne comptait pas les emballages de gels balancés par les coureurs sur la route et même dans les vignes situées des deux côtés de la route : ceux là s'en foutent complètement. Et les organisateurs devraient s'inspirer de la Saintélyon où les gobelets (et bouteilles en plastique) sont supprimés, chaque coureur se voyant remettre au départ un gobelet individuel portatif, d'autres (comme moi) emmenant leur gobelet personnel repliable. L'ennui aussi pour les organisateurs de cette épreuve (par ailleurs irréprochable) c'est que vers 11 h du matin encore, près du passage à niveau, on marchait sur des centaines de petites bouteilles d'eau en plastique distribuées par les bénévoles, d'autant qu'il faisait très chaud. C'est vrai qu'on ne peut pas distribuer que des "canons" de rouge lors des ravitos...

 

*  ASPIRINE : ARRETEZ  LE  MASSACRE  !

    Chaque semaine j'entend parler d'une personne absorbant un comprimé d'aspirine avant de s'aligner au départ d'une compétition voire d'un simple entraînement. Dans mon livre "Courir le marathon" j'ai expliqué que ce médicament n'améliorait en rien les performances, et qu'il était susceptible de provoquer des désordres gastriques voire des accidents pour certaines personnes allergiques à ce produit. En revanche pour combattre les douleurs musculaires durant l'effort j'ai proposé de s'intéresser à l'arnica sous forme homéopathique et en comprimés comme la Sporténine des Laboratoires Boiron, le numéro un mondial de l'homéopathie. Ici encore, le célèbre laboratoire lyonnais ne vendant qu'en pharmacie et ne faisant pas de pub dans les magazines sportifs, on ne vous en parle pas. Lui au moins ne propose pas de la poudre de pélerin-pinpin !

    Et n'oubliez pas de lire dans la rubrique "commentaires" celui du docteur Gauci, de Montpellier, un marathonien, qui vous met en garde contre la prise d'anti inflammatoires comme, par exemple le Voltarène (en comprimés) qui sont très dangereux et que certains imprudents avalent comme stimulants.

 

 

* TESTS  D'EFFORT :  GARE  A  LA  CONFUSION  !

    Un lecteur de mes livres m'a appelé : "je suis allé chez un cardiologue passer un test d'effort, mais ce ne fut pas ce que je cherchais";

     En effet, pour les cardiologues le simple ECG (électro-cardiogramme) en pédalant sur un ergocycle est généralement baptisé "test d'effort" : c'est un examen destiné à contrôler le bon fonctionnement du coeur, au repos puis en pédalant.

     Mais pour les médecins du sport le vrai test d'effort est celui passé en courant sur un tapis roulant  (ou pour les cyclistes en pédalant sur un vélo médical reproduisant assez fidèlement les conditions d'un vélo qui roule) : on obtient ce que recherchent les coureurs (seuil anaérobie, FC Max, etc.).

     En fait , par sécurité, le médecin du sport exigera d'abord de passer un ECG, avant de  vous soumettre à un test trop poussé pour une personne qui souffrirait de troubles cardiaques : quand vous prenez rendez-vous pour le "vrai" test d'effort, renseignez vous à ce sujet auprès du médecin.

     Pour en connaître plus long, reportez vous à mes ouvrages : "Courir, du jogging au marathon" (course à pied) et "Cyclosportif" (vélo) : plusieurs pages sont consacrées à ce sujet

 

*  LA  REUNION  :  CATHY  DUBOIS  3ème

   Spécialiste des trails de longue distance notre amie Catherine Dubois termine 3ème de "la Diagonale des fous", 165 km en un peu plus de 37 h d'effort avec plus de 9000 m de dénivellée !  Notre Villeurbannaise était désavantagée par rapport aux deux premières, toutes deux résidentes de l'île, ayant pu repérer le parcours et souvent escortées par des amis leur signalant la nuit les pièges du parcours Et pour cloturer le tout, à l'arrivée contrôle anti-dopage des trois premiers hommes mais des femmes seulement à partir de la troisième !  Son prochain objectif : le Marathon des Sables en 2011.  Chez les hommes Kilian Jornet confirme son statut de numéro un mondial en s'imposant  au bout de 28 h d'effort. Fait sans précédent le quotidien L'Equipe lui a consacré une page entière jeudi 21 octobre. On y lit aussi que la Saintélyon est l'épreuve pionnière en matière d'ultra (la 1ère édition remonte à 1951 avec 75 km) : voilà qui fait plaisir à votre serviteur qui l'a remportée 8 fois avec (déjà) 23 participations, deux records à battre.

 

* DOSSARD AVEC LE "DAG SYSTEME"

   Il est pratique :

     - le coureur n'a pas besoin de rendre la puce, elle est intégrée au dossard, donc pas de caution en cas de perte ou d'oubli.

     - donc moins de travail pour les bénévoles à l'arrivée puisque le coureur garde son dossard, un contrôleur se contentant de passer rapidement un disque au dessus du dossard afin d'enregistrer l'arrivée (temps et numéro).

     - pas de risque d'erreur d'identification, la puce étant intégrée au dossard.

     - moins d'embouteillage sur la ligne d'arrivée, le contrôle étant très rapide.

     - le coureur garde son dossard "Dag" en souvenir !

 

 

 

 

 

 

 

 

Michel Delore

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Cat 04/10/2010 17:28


Bravo Michel pour ce peps...
Bel été pour toi et même si tu dois calmer au niveau de la course à pied sur ce mois d'octobre, de belles courses t'attendent encore ! J'en suis sur !
Continue et merci pour ces news... et ta passion de la course...


Présentation

  • : La Passion de la course ! Le blog de Michel Delore
  • : Pour tous les passionné(e)s de course à pied, marche, jogging, marathon et cyclosportif. Michel Delore - aux Editions Amphora
  • Contact

Texte Libre

Le Blog de Michel Delore

Recherche

Catégories