Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 octobre 2013 2 22 /10 /octobre /2013 17:19

   Il se dit et il s'écrit beaucoup de choses sur la Saintélyon. Alors, en fait de course de nuit, tentons d'y voir....plus clair !

 

* REPERER le parcours seulement de nuit. En fait c'est de jour que l'on repère le mieux les obstacles (souches, trous, rochers,etc). Une fois j'ai pu éteindre ma lampe dans la descente du bois d'Arfeuille et gagner la course à cet endroit car j'avais monté et descendu plusieurs fois ce bois en plein jour.

 

* EFFECTUER L'ENTRAINEMENT DE TROP  durant les 10 derniers jours : fini le fractionné en VMA, les longues sorties d'endurance. La dernière semaine, c'est comme pour le marathon, juste deux ou trois sorties au petit trot en finissant avec trois ou quatre accélérations sur 150 mètres. Rien de plus, compris ? Evitez également toute fatigue inutile (sations debout, piétinner dans les magasins, par exemple),

 

* RETARD DE SOMMEIL lors de la semaine précédente : si vous avez mal dormi entre le lundi et le samedi, vous allez vous endormir pour de bon à la mi-course après Sainte-Catherine. Dans le cas contraire courir la nuit sera (presque ?) une formalité Le samedi après-midi essayez de dormir ou faîtes au moins une longue sieste.

 

* TROP HABILLE : c'est ce que je remarque depuis 30 ans ; après 10 minutes de course, lors de chaque édition je vois des dizaines de coureurs et de coureuses s'arrêtant pour enlever un blouson inutile. Personnellement, à 5 minutes du départ j'enlève mon coupe-vent léger (100 gr) qui me préserve du froid sur la ligne de départ et je le saucissonne autour de la taille. Arrivé sur les crêtes, face au vent du nord, il m'arrive de le revêtir à nouveau durant quelques kilomètres.

 

* TROP DE MATOS : là cela devient tragi-comique de voir tant de participant(e)s s'élancer dans cette course comme s'ils partaient à l'assaut du Makalu avec un sac  à dos gros comme çà et sûrement très lourd. Partez le plus léger possible, avec le strict minimum indispensable en cas de grand froid ou de pluie, ainsi que pour vous alimenter en tenant compte qu'il existe plusieurs ravitaillements très copieux. Il arrive même que certains laissent leur GPS à la maison : on a beau être dans une course nature, l'itinéraire est balisé comme une autoroute: ceux et celles qui font des erreurs de parcours n'ont guère d'excuses !

 

. NE PAS ETEINDRE SA LAMPE quand on bénéficie de l'éclairage public. Economisez vos piles, même quand vous courez sur une portion bitumée. Rien de pire que d'être obligé à la mi-course de faire la queue, immobile dans le froid, juste pour se faire dépanner. Et en plus le chrono tourne, inexorablement....

 

* TROP DE CAFE ET DE THE : surtout avant le départ on vous le déconseille, car vous risquez de devoir vous arrêter trop souvent pour uriner, surtout avec le froid. Buvez plutôt une boisson chaude (du bouillon, de la soupe s'il y en a), cela vous fera le même effet et vous vous arrêterez moins souvent.

 

* OUBLIER L'ARNICA : sous forme de granules 9 CH (5 à faire fondre sous la langue une demi heure avant le départ), puis de SPORTENINE (un comprimé de glucose + arnica chaque heure), l'arnica est une substance non dopante qui a fait ses preuves dans le monde entier et chez plusieurs vainqueurs de cette compétition. Elle diminue considérablement les sensations de fatigue musculaire ainsi que les risques de crampes en cours d'effort; Les deux produits se trouvent uniquement en pharmacie.Le 9ch est remboursable par la Sécu. Pour la petite histoire apprenez qu'ils sont élaborés par les Laboratoires Boiron (numéro un mondial de l'homéopathie) qui se trouvent à Beaunant, à 500 mètres du passage de la Saintélyon !).

 

^ LACER TROP FORT vos chaussures : considérant la durée de l'épreuve, vos pieds vont gonfler, et quand ils seront recouverts de boue il deviendra difficile de les délacer dans la nuit et en plus vous perdrez beaucoup de temps.

 

* PARTIR TROP LENTEMENT : n'écoutez pas les adeptes du "fais ce que je dis mais ne fais pas ce que je fais". Je lis souvent "ne vous mettez pas dans le rouge dès le départ". bien sûr ne partez pas au sprint, mais profitez des 8 premiers kilomètres de bitume très faciles pour allonger la foulée. Car dès le premier sentier (après Sorbiers) courir deviendra parfois difficile. Les participant(e)s qui veulent réaliser un chrono effectuent cette première partie de la course à une vitesse proche de celle qui est la leur dans un semi-marathon plat de jour.De toute façon j'ai toujours vu la Saintélyon partir très vite et le peloton suivre le rythme : ce n'est pas un parti  pris, juste une constatation....

 

* ABANDONNER SANS RAISON MAJEURE, une blessure par exemple. Laisser tomber dès que cela commence à faire mal aux jambes, que la tête tourne, est une mauvaise habitude.En procédant ainsi vous ne terminerez jamais une grande course. S'il le faut, arrêtez-vous un moment au prochain ravito, buvez, mangez un peu de "solide", des barres énergétiques, du pain d'épices (un excellent produit composé de sucres lents et de sucres rapides qui fondent facilement dans la bouche).Et ne vous inquiétez point quand, en milieu de nuit, vers 3h 30 ou 4 h vous éprouvez une sensation de sommeil : cela survient à chaque fois, buvez, respirez, passez vous de l'eau sur le visage, le (petit) coup de pompe va passer;

 

                                       Michel Delore

* 23 participations

     8 fois premier

 

    ( finaliste dans près de 50 raids nocturnes

     de 50 à 70 km)

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : La Passion de la course ! Le blog de Michel Delore
  • : Pour tous les passionné(e)s de course à pied, marche, jogging, marathon et cyclosportif. Michel Delore - aux Editions Amphora
  • Contact

Texte Libre

Le Blog de Michel Delore

Recherche

Catégories