Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juillet 2014 1 21 /07 /juillet /2014 18:55

    En course à pied l'entraînement croisé avec d'autres activités sportives est presque aussi ancien que la CAP elle-même. Aussi certains entraîneurs de marathon ont-ils tort de s'attribuer de nos jours l'invention de l'entraînement croisé. A toutes les époques les coureurs et les coureuses blessé-e-s ou très fatigué-e-s ont éprouvé le besoin de maintenir une activité sportive d'endurance sous une autre forme. D'autres avaient compris que leurs performances s'amélioreraient en ne pratiquant pas que la CAP¨. Quand je gagnais la Saintélyon je passais une partie de l'année à pédaler dans des épreuves cyclosportives, en passant d'un dimanche à l'autre d'un 100 km à pied à une grimpée cyclo contre-la-montre. Et cela m'a bien réussi avec des places d'honneur dans les deux cas.

 

     L'entraînement croisé peut s'effectuer en pratiquant dans la même journée (parfois  l'une à la suite de l'autre) deux activités (course suivie de vélo, par exemple, ce que font en fait les triathlètes), ou en pratiquant un jour la course, le lendemain le vélo ou autre activité (ski de fond, natation).

 

     Pour l'ultra sur route et en trail c'est même indispensable, sous peine de graves désillusions (blessures, grosse fatigue) de remplacer certains entraînements longs par une sortie de vélo de plusieurs heures.

 

     Mais en ce domaine il importe d'être précis et de ne pas se contenter de généralités comme on le lit souvent. Dans mon livre "Running, course sur route-course nature" (Editions Amphora) j'ai consacré un chapitre entier à l'entraînement croisé avec des conseils techniques,  en insistant pour le vélo (de route ou VTT en montrant les avantages de l'un et de l'autre) sur la cadence de pédalage (nombre de tours à la minute), la puissance en watts obtenue grâce à un compteur et la résistance à l'avancement (nature du sol et intempéries), et pour le ski de fond sur la couleur des pistes (donc leur niveau de difficulté) et le type de styles (classique ou skating) avec à chaque fois leurs avantages et leurs inconvénients pour la course à pied.

 

     J'ai terminé trois  fois la Transjurassienne (76 km en ski de fond, la seconde course la plus longue du monde) avec seulement quelques sorties de ski de trois heures, en fait grâce à l'entraînement des sorties longues en course pied (faute de mon éloignement de la neige). Et la dernière fois deux semaines plus tard j'ai couru sans problème un 10 km sur route en gagnant ma catégorie d'âge vétérans dans une épreuve qualificative pour "les France" .C'est vrai qu'après 76 km en ski de fond j'étais fatigué (on le serait à moins !), mais je n'avais absolument pas mal aux jambes malgré des kilomètres de descente souvent en chasse-neige très éprouvantes pour les quadris : après 76 km de course à pied sur les difficiles pentes du Jura je n'aurais pas couru à nouveau pendant un certains temps....C'est le miracle du ski de fond et cela montre combien il peut être profitable pour la course à pied sur route comme pour le trail.

 

     Avec l'essor des compétitions d'ultra-trail l'entraînement croisé est appelé à se développer encore plus. Avec parfois de nouvelles activités : par exemple avec la marche nordique chronométrée, les bâtons allègeant la fatigue musculaire des membres inférieurs.

 

                 Michel Delore

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : La Passion de la course ! Le blog de Michel Delore
  • : Pour tous les passionné(e)s de course à pied, marche, jogging, marathon et cyclosportif. Michel Delore - aux Editions Amphora
  • Contact

Texte Libre

Le Blog de Michel Delore

Recherche

Catégories